Blog

Le Cinéma du narbonnais dans " L'INDEPENDANT "

26/11/2012 10:58

Le lien:

http://www.lindependant.fr/2012/11/25/une-soiree-avec-la-grande-famille-du-cinema-d-ici,1705370.php

L'article:

Une soirée avec la grande famille du cinéma d'ici

Le 25 novembre à 6h00

 

de-gauche-a-droite-et-de-haut-en-bas-l-equipe-de-la_261932_516x343.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De gauche à droite et de haut en bas : l'équipe de 'La Taille', deux lycéens-réalisateurs de Lacroix ('Névrose' et 'Abaracande'), l'équipe du 'Marchand de Sable' et celle de 'Claudi e Fifina'. Les échanges ont été nombreux. PHOTO/© D.R

 

Ils étaient tous là, ou presque. Le temps d'une étape narbonnaise, les Rencontres cinématographiques de l'Aude ont réuni une bonne partie de ces héros très discrets du 7e Art local. Des passionnés qui, avec souvent très peu de moyens, donnent vie à des œuvres singulières, diverses, mais surtout remarquablement abouties. C'est d'ailleurs ce que l'on retiendra de la soirée projection de mercredi : quel que soit leur genre, les films d'ici étonnent par leur qualité. On sait bien sûr que ce terme caractérise depuis longtemps le travail de Stéphane Kowalczyk : le réalisateur n'a pas trahi sa réputation, touchant l'assistance avec un documentaire consacré à la protection des sternes sur les plages du Sénégal. Mais les collectifs de cinéma narbonnais ne sont pas en reste… et même loin de là. Les Evadés de la Fiction ont ainsi frappé fort avec José, court-métrage plein d'humour parodiant avec élégance les films de gangster tarantiniens. On a aussi beaucoup ri aux côtés de Claudi e Fifina, sorte de Scènes de Ménages occitanes réalisées par l'association KTar Films. Ecriture percutante, rythme vif, chutes pas piquées des vers… On en redemande ! Vint ensuite le tour des vidéastes amateurs, travaillant dans leur coin au gré des rencontres et des envies. Et ça marche ! Qu'il s'agisse d'évoquer avec pudeur le racisme du quotidien (La taille), d'embarquer pour un voyage fantastique et burlesque (Le Marchand de Sable) ou de plonger dans un trip esthétique noir et blanc et rouge (Terminus), les projections marquent les esprits. Enfin, un documentaire et trois courts-métrages réalisés par les élèves de l'option cinéma du lycée Lacroix ont fait passer le message : la relève est assurée. Et cette séance 100 % locale ne sera pas la dernière. De gauche à droite et de haut en bas : l'équipe de 'La Taille', deux lycéens-réalisateurs de Lacroix ('Névrose' et 'Abaracande'), l'équipe du 'Marchand de Sable' et celle de 'Claudi e Fifina'. Les échanges ont été nombreux.